ProfCré - Profession Créer

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

RBG : l’expansion continue depuis 25 ans

Les rapports d’activité 2004 du réseau des Boutiques de gestion et de membres du réseau sont disponibles. Les célébrations d’anniversaires s’organisent. L’activité reste en forte expansion. Bientôt des mesures d'impact ?

Le RBG (réseau des boutiques de gestion) a publié ses chiffres 2004 depuis quelques jours, et prépare le 25 ème anniversaire des premières Boutiques. Les chiffres de « production » continuent de monter. Le RBG affiche près de 11 000 créations accompagnées en 2004 (+ 15% en un an) ; et surtout montre que la forme du fameux « entonnoir » entre accueil et création se modifie. Désormais, une personne accompagnée sur trois, environ, va passer à l’action ; alors que ce ratio était plutôt d’une sur cinq dans les années précédentes.

Tous réseaux confondus, à la fin des années 90 on constatait qu’il fallait « accueillir » dix personnes pour aboutir à une création : donc il y a là une forme de gain de productivité pour les réseaux, qui résulte sans doute d’une offre plus adaptée, avec des outils de détection et d’accueil qui se professionnalisent.

Certaines régions font beaucoup mieux encore. Le réseau des BG Espace, dans le Nord PdC, qui est sans aucun doute le réseau le plus dense au niveau régional, affiche une progression spectaculaire : 500 créations accompagnées en 2000 ; plus du double en 2004 (1115 exactement). La aussi, la productivité grimpe. Le résultat de 2004 est obtenu avec, parallèlement, 7400 porteurs de projet « accueillis » et 4 300 « accompagnés » (même s’il ne s’agit pas exactement des mêmes personnes : un porteur de projet peut être accueilli, puis accompagné, puis passer à l’action sur une période de plus de 12 mois).

La région Nord bénéficie sans doute d’un micro-climat particulier. D’une part, l’augmentation du nombre de créations est générale depuis mi-2003 : il y a eu un « effet Dutreil » spectaculaire. D’autre part, le Plan régional (le PRCTE) mis en place par la Région Nord PdC a des effets considérables sur la création d’entreprises. Ainsi, après une lente érosion de (chiffres arrondis) 10 900 créations en 1995, à 9 900 en 2002 la courbe s’est brutalement inversée : 10 800 en 2003, 12 000 en 2004.

Le PRCTE a aussi un impact sur l’offre d’accueil et d’accompagnement. Les trois réseaux partenaires de la Région (deux réseaux consulaires, les CCI et les chambres de métiers et le réseau des Boutiques) ont été fortement sollicités pour que l’accueil et l’accompagnement par des professionnels devienne la norme, en matière de création comme de reprise. Rappelons qu’au niveau national, l’APCE estimait au début des années 2000 que 9% seulement des créateurs bénéficiaient d’un accompagnement significatif en volume par des professionnels.

Cela semble devenir le cas progressivement, si on tient compte des chiffre affichés par les autres réseaux, notamment la Chambre régionale de commerce : 6 500 porteurs de projet « accueillis » ; un « conseil individuel » à 3 200 créateurs potentiels ; 1 000 créateurs formés.

Peut on mesurer l’impact spécifique du plan régional à la fois sur le nombre brut de créations et sur la pérennité de ces mêmes créations ? oui, sans doute ; bien que ces impacts restent récents (le démarrage du Plan date de 2002).

A venir dans une étude spécifique sur le sujet : peut-on tenir le double pari qui consiste à augmenter fortement le nombre de créations, tout en maintenant, ou même en améliorant le taux de pérennité ?

RBG : le communiqué sur les résultats 2004 est ici

Espace : le rapport d’activité résumé est ici

création dans la région Nord : voici la synthèse Insee http://www.insee.fr/fr/insee_regions/nord-pas-de-calais/home/home_page.asp

et les chiffres traités par l’APCE sont sur le site régional JeCrée :

CRCI : voici les chiffres résumés des Chambres de commerce du Nord PdC

Trackbacks

Aucun trackback.

Les trackbacks pour ce billet sont fermés.

Commentaires

1. Le mardi 3 mai 2005 à 07:30, par Olivier T. :: email

Voilà en effet l'enjeu majeur (et qui ne concerne bien évidemment pas simplement les BG).

Contraints par des effets d'annonces, des seuils quantitatifs symboliques et des modes de financements (financées au nombre de dossiers sans la plupart du temps aucun questionnement d'impact), les structures d'accompagnement ont augmenté leur productivité. Soit (et bravo).

Tout ça ne dit rien (et ne laisse même rien présager de particulièrement rassurant) sur les questions de la pérennisation des entreprises qu'elles accompagnent, sur les problématiques de professionnalisation des entrepreneurs et, in fine, sur le fait que ce métier ne consiste pas simplement et majoritairement à créer des effets de lissage statistique des chiffres de l'emploi (je caricature, bien sûr, mais le trait est à la mesure de l'inquiétude)

Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.

Ce blog traite de la création d'entreprise. Il s'adresse non pas aux créateurs, mais aux professionnels qui les accueillent, les accompagnent, les financent et les suivent. Il est créé à l'initiative de Benoît Granger (voir bio) avec des contributions de quelques amis. Il se développera si vous manifestez votre intérêt !

Pour joindre les auteurs, pour vous abonner (prochainement) : message à MicFin (at) noos (point) fr

Contrat Creative Commons
Cette création est mise à disposition sous un contrat Creative Commons.